Le mot de Céline

Bonjour à toutes et tous !

 

Tout d'abord, je voudrais vous souhaiter la bienvenue sur ce blog qui accompagnera désormais ce tout nouvel espace où vous pourrez me retrouver ou plutôt LA retrouver : Zia Antonia. Et pour toutes celles et tous ceux qui se le demandent : "Mais qui est Zia Antonia ?".


A zia en corse veut dire la tante et Antonia est la sœur de mon grand-père maternel, née et a toujours vécu à Bastia. Scolarisée comme tous les enfants de la famille, à Jeanne d'Arc. dans un des plus ancien établissement de la ville ou il fut implanté en 1866. Puis elle s'est mariée avec un ajaccien, commandant de corvette durant la seconde guerre mondiale. Grâce à ce mariage, elle a fait de nombreux voyages tels que Saïgon, Maroc, Afrique noire, Asie...


Elle a accumulé les souvenirs durant toutes ces années dans son appartement bastiais. Elles racontait à nous ses petits neveux, ses voyages, sa vie nomade temporaire à Saïgon, les massages, la nourriture, le bien-être, le Maroc avec ses épices, ses couleurs, les enfants... N'ayant pas d'enfants, elle a été la maman de tous, la "maman plus". Elle s'est occupée de ma maman, de mon oncle, ses nièces et neveux puis de nous ses petits neveux et surtout de moi.

 

 

J'avais un lien très fort avec elle "tata gâteau" jamais non à rien, tout était possible avec elle. Moderne, esprit vif et jeune dans sa tête. Je me souviens encore qu'elle adorait monter dans ma Renault 5 toute pourrie avec les sièges presque "éjectables" et en grand tante ultra moderne elle disait "s'éclater !". C'est elle qui m'a transmis l'âme, l'esprit, les coutumes, les croyances, l'histoire, les contes et légendes, les proverbes, les berceuses de la Corse {a cucciarella}. On vivait dans l'appartement d'en face et sur le même palier, on se voyait tous les jours. Et puis un jour, nous avons fêté ses 93 ans. Ce fut le déclic, un choc, elle ne serait donc pas éternelle ?!

 

C'est ainsi que l'idée de créer les porte-bonheur est venue comme une évidence avant son grand départ. Malgré sa réticence du à sa grande pudeur, elle a connu le scapulaire avec l'image de sa maman, mon arrière grand-mère ! Et puis un jour le scapulaire est parti à New-York, je me revois encore lui dire : "Mana, tu ne te rends pas compte ! Tu es connu dans le monde entier maintenant !!"

 

Décédée à 95 ans, mon plus bel hommage c'est qu'elle a connu "Zia Antonia" de son vivant et mon plus grand bonheur maintenant c'est qu'elle continue à vivre au travers de ces amulettes et porte-bonheurs qui partent chez ceux qui veulent un monde meilleur...

 

Zia Antonia c'est elle !

ELLE ÉTAIT MA GRANDE TANTE ET RESTERA A JAMAIS MON ÉTOILE

POUR PROFITER DE TOUS LES PETITS BONHEURS TERRESTRES.

Bien à vous

Céline

 

PRÉCÉDENT <<<               -               >>> SUIVANT

ACCUEIL BLOG


Partager sur :

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    ECHINARD SOPHIE (mardi, 17 novembre 2015 13:00)

    Bonjour Céline ,
    je viens de vous parler au tel , je suis de Lyon, je n'avais pas lu l'histoire de Zia Antonia, maintenant que je l'ai lue, j 'en ai les larmes aux yeux ...Moi aussi j'ai eu la chance d'avoir une tante que j'adorais partie à 54 ans , bien trop tôt.
    Je vous ai parlé de mon amie Marie , qui est corse, si c'est vous sur le blog on peut dire que vous vous ressemblez! exactement le même type: brune pommettes hautes, yeux en amande, on l'a pris pour une asiatique quelquefois.
    Si j'ai la joie de pouvoir revenir à Bastia ( c'est le nord que j'aime), je viendrais vous voir avec Marie Mattei-Ferracci , mon amie, ma sœur, bien à vous, Sophie